Qu’est-ce que cette radiotransparence ?

Voici les radiographies abdominales d’un chat domestique de 12 ans souffrant d’un diabète mellitus contrôlé présenté en clinique pour un léger abattement et une dysurie présents depuis 24 heures. On note sur la projection latérale une zone radiotransparente qui se superpose aux reins. Que signifie-t-elle ?

pour animages

.

La réponse dans quelques jours… :-)

RadioQuiz 34 – Réponse

Pour lire l’article original, cliquez ICI.

Les radiographies montraient plusieurs signes intéressants.

D’abord, la silhouette cardiaque est allongée sur les latérales, déplaçant la trachée dorsalement, secondaire à une augmentation de volume du ventricule gauche. Le contact sternal est aussi accentué sur la latérale droite, suggérant une augmentation de volume du ventricule droite, laquelle semble toutefois moins proéminente que celle du ventricule gauche.

L’oreille gauche est sévèrement augmentée de volume, faisait protrusion caudodorsalement sur les latérales et vers la gauche sur la DV, se superposant au ventricule gauche sur cette projection. La trachée est focalement incurvée dorsalement sur la latérale droite, suggérant une augmentation de volume de l’oreillette droite. Un léger renflement est aussi présent à l’aspect craniodorsal de la DV.

La vascularisation pulmonaire est diffusément dilatée, mais de façon symétrique entre entre les artères et veines. Ces vaisseaux sont aussi visibles jusqu’à la périphérie, ce qui est surtout apparent cranioventralement sur la latérale gauche. Ces signes indiquent une sur-circulation pulmonaires, mais sans évidence d’oedème pulmonaire. Une telle sur-circulation penche en faveur d’une pathologie congénitale qui provoque un shunt gauche-droit, lequel engendre une augmentation du flux pulmonaire, expliquant ainsi la dilatation vasculaire symétrique. Les principales causes de shunt gauche-droit accompagnant une pathologie cardiaque chez le chien sont une persistance de ductus arteriosus (PDA) ou canal artériel, une communication interventriculaire (CIV) et une communication interauriculaire. Une sténose pulmonaire provoquerait au contraire une réduction de la perfusion pulmonaire. Une sténose aortique pourrait être considérée si seules les veines étaient dilatées.

En examinant la DV, on remarque un renflement focal du côté gauche de l’aorte et on semble aussi apercevoir un renflement du tronc pulmonaire. Ces signes sont fortement suggestifs d’une persistance du canal artériel (PDA) ayant entraîné la dilatation focale de ces larges artères dont le flux communique anormalement.

Cette pathologie fut confirmée par échographie et le canal fut fermé chirurgicalement. Sur les radiographies de suivi post-opératoire (ci-bas), on remarque les agraffes métalliques placées autour du canal pour le refermer. Notez aussi que la cardiomégalie et la sur-circulation pulmonaire sont en partie résolues.

suivi post-op

Vous aimeriez découvrir d’autre quiz radiographiques ? Cliquez sur la catégorie RadioQuiz dans la liste de droite !

RadioQuiz 34 – Un souffle depuis 4 ans

Signalement: Colley miniature, mâle entier de 4 ans.

Présentation clinique: Souffle cardiaque ausculté depuis le jeune âge avec toux occasionnelle qui s’est empirée récemment. Abattement depuis quelques semaines.

Pour lire la réponse, cliquez ICI :-).

Pour le fan que je suis…

Cette animagination – sortie des boules à mites d’Animages – est de circonstance ;-).

N’oubliez pas d’activer le son !

Et son inspiration…

Quel est votre diagnostic ?

Voici les images d’un récent quiz publié dans l’encart scientifique Veterinarius+ de l’Ordre des Médecins Vétérinaires du Québec.

Histoire clinique: Shih tzu de 8 ans présenté pour de la toux et une dyspnée ayant progressé sur  cinq jours. Sa condition générale s’est détériorée les deux derniers jours alors qu’il est devenu anorexique et léthargique. À l’auscultation, les bruits respiratoires semblent généralement réduits. Aucun souffle cardiaque n’est détecté.

Pour lire la réponse détaillée parue dans le Vétérinarius+, cliquez ICI.

Vive la neige !

064287e71ef5b6b7214301d6ec38d7c6

 

Qu’on le veule ou non, c’est déjà décembre.

Et qui dit décembre dit petits flocons sur Animages.ca !

Espérons que ce message subliminal influencera Dame Nature à nous donner un Noël blanc encore cette année :-).

 

 

 

 

La modération a bien meilleur goût

Pour revoir l’article initial et la question posée, cliquer ICI.surexposition annot

Cette projection a bien été prise en décubitus latéral gauche, ce qui est prouvé par l’apparence des piliers diaphragmatiques. En effet, le pilier gauche (G) est plus crânial que le droit (D), ce qui est attendu lorsque l’animal est couché sur son côté gauche et que son poumon est affaissé par le poids des structures médiastinales. On aperçoit aussi une partie du fondus de l’estomac entre ces deux piliers (celui-ci étant normalement caudal au pilier gauche) et la veine cave caudale (VCC) qui disparaît au 2e pilier seulement, soit le droit. Finalement, les piliers forment un « Y », typique d’une latérale gauche (les piliers étant parallèles sur une latérale droite).

Le niveau d’inspiration n’est peut-être pas optimale, mais non problématique dans ce cas.  Le positionnement est relativement optimal.

Ce qui cloche plutôt est la perte complète d’information en portion crânioventrale des poumons. Le parenchyme à cet endroit n’est plus visible, laissant une plage complètement noire (1), et les vaisseaux pulmonaires tronqués (2). Ce phénomène a été provoqué par une surexposition qui a complètement saturé le détecteur numérique dans cette zone à plus faible atténuation. Le haut de l’image (i.e. colonne vertébrale) parait un peu pâlotte sur cette image, mais ceci s’explique plus probablement par une brillance de l’image ajustée à la hausse sur la station radiographique. Elle n’a donc rien à avoir avec un manque d’exposition, contrairement à l’apparence d’une sous-exposition sur une radiographie analogique ou conventionnelle (film).

Comme la blancheur d’une image numérique ne peut être garante du niveau d’exposition radiographique, il faut s’attarder davantage au détail des structures moins atténuantes (ou plus minces) pour détecter une surexposition, ou à la présence de bruit (image granulaire diffusément ou dans les zones plus épaisses) pour détecter une sous-exposition. Pour plus d’info sur la sous-exposition numérique, consultez l’article C’est quoi le problème ? et sa réponse.

Même les surrénales peuvent appuyer Movember !

En échographiant ce matin, j’ai eu une petite pensée pour tous ces hommes souffrant d’un cancer prostatique ou testiculaire et pour ceux qui appuient la cause Movember en se faisant pousser la moustache ! ;-)movember_RGB

Qui a dit qu’apprendre l’imagerie était ennuyeux ?

Il existe des ateliers d’échographie et de radiographie dans des locaux sombres d’un vieux bâtiment d’une ville moche d’un pays inintéressant. Puis y a autre chose…

Accompagnez-moi avec mon bon ami Tim Spotswood – cet hurluberlu d’Afrique du Sud – dans une nouvelle aventure, cette fois à Banff en mars 2016 ! Pour plus d’info, cliquez ICI.

Il reste encore des places ! Si vous avez des questions, écrivez-moi directement à madvetrad@gmail.com.

Marc-André :-)

NOTE: Les présentations seront données dans la langue de Shakespeare.

 

Qu’est-ce qui cloche avec cette radio ?

Voici la latérale gauche d’un Boxer de 7 ans prise dans le cadre d’un bilan d’extension. Un problème technique est survenu. Pouvez-vous l’identifier ?technique

Suivre

Recevez les nouvelles publications par courriel.

Joignez-vous à 784 autres abonnés