Mon film d’animaux préféré

La 2e édition d’Animages au Cinéma nous en a mis plein la vue. Entre les radiographies de cas cliniques projetés sur grand écran, on en a profité pour se replonger dans plusieurs séquences de films qui nous ont marqués. En prélude de la soirée qui a accueilli plus de 160 vétérinaires, nous avions lancé un petit sondage pour découvrir leurs films préférés. Dans la catégorie « FILMS D’ANIMAUX« , les 3 les plus souvent plus cités pour les rires et les larmes qu’ils ont suscités était…

Hatchi, Zootopia, Beethoven, Madagascar, Spirit, Garfield, Némo et Animaux Fantastiques ont aussi attiré plusieurs votes.

Pour découvrir les gagnants des autres catégories et nous faire part de vos propres choix de films, visitez notre page Facebookhttps://www.facebook.com/Animages/

Mystère à Dunkerque

Pour connaître le dénouement de cette petite histoire à Dunkerque et réaliser 14 autres missions, inscrivez-vous à cette soirée cinémato-radiographique samedi prochain le 21 octobre au Théâtre de la Ville de Longueuil en cliquant sur l’onglet PROCHAINES FORMATIONS ou simplement ICI.

La cigogne est repassée

Après Pascal Fontaine qui s’est joint à Animages l’an dernier, voilà que nous avons le plaisir d’accueillir un nouveau rayon de soleil prénommé Julie ! Julie a complété son programme de résidence en imagerie à la faculté de médecine vétérinaire en juillet dernier et réussi l’examen préliminaire de l’ACVR. Après un repos bien mérité, elle se joint à l’équipe pour offrir ses services en téléradiologie en plus d’agir comme clinicienne au Centre Hospitalier Universitaire Vétérinaire (CHUV) de St-Hyacinthe et au Centre Vétérinaire Rive-Sud (CVRS). Comme diront certains, il était temps d’accueillir une femme dans notre équipe de radiologistes. Nous sommes choyés :-).

Qu’est-ce que cette structure ?!

Cette chatte domestique de 12 ans a été présentée pour de la diarrhée qui persiste depuis quelques jours. Les radiographies obtenues montrent un iléus intestinal en plus d’une structure tortueuse du côté gauche de l’abdomen, mieux visible sur la ventrodorsale. Sauriez-vous la reconnaître et en prédire la signification ?

Pour discuter de cette structure et aborder une panoplie de d’autres sujets à travers différents cas cliniques, venez passer la soirée avec les 4 radiologistes d’Animages le samedi 21 octobre prochain au Théâtre de la Ville à Longueuil. Si l’on se fie à nos souvenirs de la soirée au Cinéma du Parc de 2016, on risque d’avoir du plaisir :-).

Pour tous les détail et s’inscrire en profitant du rabais d’inscription hâtive jusqu’à demain, cliquez sur l’onglet PROCHAINES FORMATIONS ou simplement ICI ;-).

Qu’est-ce qui rime avec ÉchoMobile ?

On part sur la route dès mardi prochain le 12 septembre, et pas seulement pour diagnostiquer des ulcères gastriques ! Pour une échographie dans votre clinique ou pour connaître nos services, écrivez-nous à echomobile@animages.ca ou visitez notre ZONE CLIENTS (mot de passe fourni aux cliniques clientes d’Animages – écrivez-nous pour l’obtenir !). Pour accéder à la carte des régions couvertes par ce service ainsi que les jours de la semaine, cliquez ICI.

Animages vous ré-invite au cinéma le 21 octobre prochain

 

Ça y est, tout est prêt pour la suite ! Animages vous invite cette fois au Théâtre de la Ville de Longueuil samedi le 21 octobre prochain à 16h. La formule amalgamant cas cliniques et séquences cinématographiques restera au coeur de la mise en scène, avec un peu plus de temps pour se divertir et apprendre !

Pour tous les détails et pour vous inscrire, cliquez sur l’image ou consultez l’onglet PROCHAINES FORMATIONS !

Inscrivez-vous avant le 22 septembre pour profiter du meilleur tarif.

Animages lance son service d’échographie mobile

Fido et Gaspard ont besoin d’une échographie mais ne peuvent se déplacer vers un centre de référence ?

Motivé par cette réalité clinique, Animages lance son service d’échographie mobile dans les cliniques vétérinaires de Montréal, de la Rive-Sud et de la Montérégie à partir du 12 septembre prochain !

L’équipe mobile d’Animages formée d’un radiologiste et d’une TSA se déplacera d’une clinique à l’autre avec son équipement pour vous offrir un service clé-en-main trois jours par semaine.  Tous les examens échographiques à l’exception de l’échocardiographie sont réalisés sur place et plusieurs procédures dont les ponctions échoguidées pourront compléter l’investigation si la condition du patient le permet.

Pour connaître les régions parcourues par chaque radiologiste, consultez la carte ci-dessous. Dr. Guy Beauregard et Dr. Marc-André d’Anjou seront sur la Rive-Sud / Montérégie les mardis et mercredis, alors que Dr. Pascal Fontaine sera sur Montréal les jeudis.  Notez que le service pourrait s’étendre au-delà de ce périmètre en fonction du nombre de cas et des disponibilités.

Vous aimeriez voir Animages se déplacer vers votre clinique, écrivez-nous à echomobile@animages.ca pour obtenir tous les détails des services offerts. Nous vous réserverons une place sur notre parcours !

 

Animages au cinéma, la suite !

Le succès de la soirée au Cinéma du Parc à l’automne dernier a poussé nos producteurs à récidiver ! Ils ont même déniché un 4e acteur – ou plus précisément une actrice  – qui sera dévoilée sous peu. La formule restera la même, mais le plaisir sera davantage étalé pour permettre d’en profiter encore plus. Afin d’accueillir davantage de vétérinaires et d’étudiants et pour faciliter le transport / stationnement, l’événement sera transporté au Théâtre de la ville de Longueuil. Et pour éviter les conflits d’horaire (soupers de Noël , autres événement de formation continue), on a réservé le samedi 21 octobre. Le formulaire d’inscription comme tous les détails de la soirée seront disponibles sous peu. En attendant, mettez cette soirée de formation continue ludique à votre agenda !

Nouveau service d’échographie mobile en septembre 2017 !

Animages démarre un service d’échographie mobile sur Montréal et sa Rive-Sud étendue en septembre 2017 ! Nous sommes à la recherche d’une technicienne pour compléter l’équipe et accompagner nos radiologistes sur la route à raison d’une à deux journées par semaine. Si le défi vous intéresse, envoyez-nous un courriel à info@animages.ca. On vous fournira alors les informations sur le poste offert ! Nous n’avons pas encore notre hélicoptère, mais tout le monde a le droit de rêver :-).

Congrès AMVQ 2017 – Bilan et Quiz

L’Association des Médecins Vétérinaires du Québec s’est encore une fois surpassée, produisant un nouveau congrès de haute voltige tant du point de vue éducationnel que social ! Animages a vue plusieurs vétérinaires et TSA faire un arrêt à son kiosque pour revoir les images du quiz et tenter un diagnostic. Alors que tous étaient bien concentrés à se prononcer sur la présence de métastases pulmonaires, la lésion principale est passée inaperçue… Les réponses recueillies ont en effet mis en évidence que certaines pathologies peuvent être difficiles à identifier, surtout lorsqu’elles impliquent les structures périphériques à la région d’intérêt. Pour revoir les images complètes, cliquez ICI.

Les poumons montraient un léger patron bronchointerstitiel compatible avec l’âge de ce chien, sans nodule pulmonaire évident (quelques opacités visibles, mais attribuées plus probablement à des superpositions ou à des vaisseaux en coupe). Une réaction périostique chronique aux contours lisses et bien définis était visible à la périphérie des os longs proximaux des membres thoraciques inclus sur les radiographies, sans évidence d’ostéolyse. Ces signes radiographiques étaient ceux d’une ostéopathie hypertrophique (appelée Maladie de Marie en humaine). L’abdomen visible montrait une silhouette hépatique dépassant l’arche costale et aux contours lisses.

L’ostéopathie hypertrophique (OH) apparaît généralement sur des radiographies comme une prolifération périostique bilatérale et symétrique plus ou moins généralisée et affectant en premier lieu les os longs des membres thoraciques et pelviens. Initialement, ce processus peut n’impliquer que les tissus mous autour des os et ne pas engendrer de signes radiographiques perceptibles. Les chiens peuvent en effet être présentés pour enflure des membres, avec ou sans inconfort ou boiterie. Une prolifération périostique d’apparence variable (lisse et bien définie à irrégulière et mal définie) apparaît ensuite, sans implication cortical ou médullaire. Les portions distales des membres sont généralement affectées avant les portions proximales (jusqu’au scapulas et bassin). Dans de rares cas les os articulaires (ex. carpe ou tarse) peuvent aussi être impliqués. Ces signes radiographiques peuvent parfois mimer certains processus agressifs (ex. ostéomyélite, métastases osseuses ou tumeurs osseuses primaires), mais la distribution bilatérale et symmétrique des lésions est caractéristique distinctive de l’OH.

L’OH est le plus souvent associée à un néoplasme pulmonaire (ou à un autre type de masse intra-thoracique) ou à un problème cardio-pulmonaire (ex. endocardite bactérienne, granulome, abcès, pneumonie, corps étranger, dirofilariose, etc.). Elle peut aussi survenir lors de masses intra-abdominales (tumeur vésicale, rénale. ovarienne ou hépatique). Occasionnellement, la cause ne peut être identifiée. La pathogénie de la condition reste encore très obscure et une fois la cause retirée – ex. tumeur pulmonaire – les lésions osseuses ont tendance à régresser. Les signes radiographiques de l’OH peuvent survenir beaucoup plus tôt que les signes cliniques associés à la cause sous-jacente (ex. tumeur pulmonaire), justifiant une investigation thoracique et abdominale lorsqu’elle est détectée des radiographies. Dans le cas présent, une échographie abdominale a été déclinée pour investiguer l’origine de cette OH et de l’hématurie rapportée, de même que pour évaluer le reste de l’abdomen (dont le foie qui semblait plus gros). Une tumeur vésicale faisait donc partie des hypothèses envisagées. Une lésion pulmonaire (ex. métastase) restait aussi envisageable compte tenu des limites de la radiographie pour les détecter. Finalement, bien qu’atypique, la masse mammaire aura aussi pu être la source de l’OH.

Pour davantage d’informations sur cette pathologie et sur les hypothèses de mécanisme, vous pouvez consulter cette référence de l’Université du Pennsylvanie.