Congrès AMVQ 2019: bilan et retour sur les 2 quiz

Quel autre congrès mémorable n’est-ce pas ?

Merci d’être venu en si grand nombre à notre kiosque, c’est toujours un immense bonheur de vous voir la binette et de pouvoir échanger avec vous. 

Le premier quiz aux techniciennes en santé animale (TSA) a attiré les regards comme il s’agissait d’images inédites de fruits 🍊🍑🥑 réalisées à la résonance magnétique ! Bravo, vous avez été nombreux à trouver la bonne réponse. 👌🏻

Le second quiz montrait deux radiographies de thorax avec abdomen d’une chatte stérilisée de 14 ans présentée pour abattement et vomissements intermittents.

La cardiomégalie globoïde sévère incitait plusieurs à poser un diagnostic de cardiomyopathie ou d’épanchement péricardique. Bien qu’un épanchement péricardique représentait un différentiel plausible compte tenu de la taille et forme de la silhouette cardiaque en l’absence de congestion vasculaire (flèches blanches), une cardiomyopathie l’était moins. Il est en effet rare de voir une maladie cardiaque primaire engendrer une cardiomégalie aussi marquée chez un chat sans congestion vasculaire et sans oedème pulmonaire et/ou épanchement pleural.

En examinant les radiographies, on pouvait aussi constater l’absence de démarcation entre la silhouette cardiaque et le diaphragme (encadré) en plus de l’absence de visualisation du foie entre l’estomac (flèches jaunes) et le diaphragme. Ces derniers signes radiographiques sont plutôt diagnostiques d’une hernie péritonéopéricardique. Il n’est pas rare de diagnostiquer assez tardivement et parfois fortuitement cette anomalie pourtant congénitale. En effet, si l’espace laissé par l’absence de séparation entre le péricarde et le diaphragme est suffisamment grand, des structures abdominales (foie, vésicule biliaire et parfois rate, estomac, intestin grêle, côlon, pancréas, …) peuvent glisser autour du coeur et remplir et distendre le sac péricardique sans trop compromettre la fonction cardiaque. Dans le cas présent, l’échographie a non seulement permis de confirmer la présence de la majorité du foie et de la vésicule biliaire dans le sac péricardique, mais aussi des signes de cholangiohépatite chronique à l’origine des signes cliniques. L’échographie peut aussi permettre dans certains cas de confirmer une congestion vasculaire voire une nécrose des structures herniées (par strangulation). Le traitement est alors chirurgical si on peut démontrer que les structures sont effectivement étranglées dans la fenêtre de la hernie. Mais dans bien des cas, ces hernies ne causent pas de problème significatif… faut faire gaffe à ne pas les confondre pour une maladie cardiaque ! 🤔🤓

Les gagnante des deux tirages sont Audrey Villeneuve (TSA) de la Clinique Vétérinaire de Lyon à Longueuil et Hélène Corbeil (m.v.) de la Clinique Vétérinaire de Rosemère. Elles se méritent chacune un Coffret Prestige d’une valeur de 161$. Félicitations !

Les conférences d’Animages sur l’interprétation radiographique des obstructions digestives, l’échographie et les technologies au service des praticiens vétérinaires ont aussi suscité plusieurs discussions enrichissantes ! Pour consulter les cas et concepts présentés pour guider le diagnostic des obstructions intestinales, visitez la section ANIMAGEURS EN HERBE et téléchargez le fichier « To cut or not to cut! ».

 

Petit quiz pour le congrès AMVQ 2019 !

Petit quiz pour les TSA et vétérinaires qui seront au 30e congrès AMVQ ce wee-end !

D’abord, comme le congrès de cette année se déroule sous le thème «des fleurs» 💐, la suite logique c’était évidemment… les fruits ! On a donc tout spécialement passé 4 fruits 🍏🍐🍌🍓dans l’IRM pour l’occasion, à vous maintenant de nous dire lesquels. Saurez-vous les reconnaitre ? 🧐

No photo description available.

Pour les vétérinaires, voici un joli cas qu’on a eu la chance de lire récemment:

Signalement: 🐱chatte stérilisée de 14 ans présentée pour abattement et vomissements intermittents. Quel est votre diagnostic radiographique ☢️?

Les vétérinaires et techniciens / techniciennes en santé animales qui qui viendront nous donner leur diagnostic au salon des exposants auront la chance de gagner un certificat-cadeau pour un plaisir de leur choix 😁!

Par ailleurs, trois radiologistes d’Animages auront le plaisir de présenter des conférences sur l’interprétation radiographique des obstructions digestives, l’échographie et les technologies au service des praticiens vétérinaires. Julie de Lasalle, Marc-André d’Anjou et notre toute nouvelle recrue « mystère 👤👀 » seront sur la tribune 👩‍🏫👨‍🏫.

On en profite pour souligner le travail titanesque de l’équipe de l’AMVQ qui réussit année après année à construire un congrès qui arrive encore à surpasser les attentes !!

Bon congrès à tous et toutes !

 

RadioQuiz 41: Une masse pancréatique ?

Pour relire l’article initial, cliquez ici.

Au moment d’écrire la réponse à ce quiz, une masse pancréatique était suspectée à 29% parmi les répondants au sondage, comparativement à 20% pour une masse hépatique et 19% pour une masse gastrique. Un iléus intestinal a aussi été suspecté à 14%, un iléus gastrique à 8%, puis un corps étranger à 5%.

illustration radiologiste souriant hanches

Une opacité de tissus mous homogène formant une masse aux contours lisses et en majorité bien définis (flèches jaunes) est effectivement présente dans l’abdomen crâniodorsal droit, silhouettant partiellement avec la portion droite du foie, dans la région pouvant aussi correspondre au lobe droit du pancréas ou au duodénum proximal. L’estomac semble toutefois distinct sur la ventrodorsale, lors que le pylore de trouve quelque peu déplacé médialement et caudalement sur cette projection. L’estomac est modérément dilaté par du gaz. Le petit intestin est rempli de liquide et d’un peu de gaz et sont diamètre est excessif, indiquant un léger iléus. Ses contours sont toutefois mal définis, comme son contenu et une perte de détail pourrait impliquer les gras en portion centrale droite de l’abdomen (encadré blanc).

 

L’échographie a mis en évidence une cavité de 5 cm de diamètre contenant un liquide anéchogène, aux contours irréguliers mais bien définis, sans masse tissulaire adjacente. Ces caractéristiques sont celles d’un kyste hépatique ou d’un cystadénome biliaire, une trouvaille fortuite dans ce cas et rencontrée occasionnellement chez les vieux chat. Le petit intestin était légèrement à modérément épaissi, avec des couches quelque peu mal définies, mais tout de mêmes distinctes. Les noeuds lymphatiques jéjunaux étaient hypoéchogènes et modérément épaissis, et les gras mésentérique étaient légèrement hyperéchogènes, mais sans épanchement péritonéal. Une entérite infectieuse, une entéropathie inflammatoire (IBD) et un lymphome étaient principalement considérés.

2019-02-27_16-57-36

Des cytoponctions échoguidées des NL jéjunaux ont révélé une lymphadénite neutrophilique. Un suivi échographique n’a pas été effectué pour exclure un lymphome émergent, mais a été recommandé.

RadioQuiz 41: Hubert refuse même du poulet !

Signalement: Chat stérilisé de 13 ans.

Présentation clinique: Anorexie depuis quelques jours. Légère hypoalbuminémie. Reste du bilan hématobiochimique normal.

 

Pour lire la réponse cliquez ICI.

Animages.ca fait peau neuve

89ed2e60e39d55ed6eb434d0e16cfaad.jpgNotre site web avait besoin d’une petite mue pour mieux englober son contenu, mais aussi pour mieux présenter l’équipe qui a grossi depuis 2016  🙂 .  On en a profité pour modifier quelques sections dans l’espoir de faciliter la navigation. Tout ça en respectant les contraintes de la plateforme WordPress.org !

Prenez le temps de parcourir les différents onglets du haut pour découvrir notre équipe et nos services, ou pour nourrir vos neurones !

La ZONE CLIENT est destinée aux vétérinaires et techniciens(ennes) qui cherchent parfois les dernières instructions pour une demande d’analyse radiographique ou l’accès au site de soumission Timeless, pour trouver quelques trucs de positionnement radiographique ou pour prendre rendez-vous en échographie mobile.

Nous avons été forts occupés à poser des diagnostics dans les derniers mois, mais on va maintenant se retrousser les manches et composer de nouveaux RadioQuiz et autres articles pédagogiques. Si vous avez des suggestions de rubriques, des demandes spéciales de cas ou de thématiques cliniques, n’hésitez surtout pas à nous écrire à info@animages.ca !  Et si par hasard certains liens ne fonctionnent pas, on compte sur vous pour nous en avertir 😉 .

Longue vie à l’animagerie !!

Journée internationale de l’imagerie vétérinaire !

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Laval, Québec, le 6 novembre 2018. – La première Journée internationale de l’imagerie vétérinaire a lieu aujourd’hui le 8 novembre 2018. Elle est une initiative conjointe du Regroupement des imageurs vétérinaires francophones, de l’Association des médecins vétérinaires du Québec (AMVQ) en pratique des petits animaux, du Groupe d’étude en imagerie médicale (GEIM) de l’Association française des vétérinaires pour animaux de compagnie (AFVAC) et de la Fédération des associations francophones des vétérinaires pour animaux de compagnie (FAFVAC).

Placé cette année sous le thème « Parce que l’essentiel n’est pas toujours visible avec les yeux », ce nouvel événement annuel vise à mieux faire comprendre l’importance de l’imagerie médicale dans la pratique vétérinaire de tous les jours.

La date symbolique du 8 novembre a été choisie puisque c’est lors de cette journée que Wilhelm Conrad Röntgen a découvert l’existence des rayons X en 1895. Tout comme pour les humains, la radiographie est rapidement devenue une fenêtre inédite sur la mécanique interne de nos petits compagnons, pavant ainsi la voie à la discipline de l’imagerie médicale vétérinaire.

Reconnue comme spécialité à part entière depuis pratiquement 60 ans, la radiologie vétérinaire joue désormais un rôle vital dans le continuum des soins de santé de nos patients à plumes, à écailles ou à poils.

L’imagerie médicale occupe non seulement une place grandissante dans le diagnostic d’une multitude de conditions affectant nos animaux de compagnie, mais agit aussi dans les bilans de santé, dans la planification des interventions chirurgicales et dans les suivis thérapeutiques.

L’accès aux équipements de pointe se démocratise et après la radiographie qui est généralisée de nos jours, de plus en plus, les médecins vétérinaires ont souvent accès à des modalités plus spécialisées comme l’échographie, la tomodensitométrie (CT scan), l’imagerie par résonance magnétique (IRM), la médecine nucléaire et même la tomographie par émission de positron (PET scan) dans les centres universitaires.

La formation s’est également professionnalisée et les radiologues certifiés (par les Collèges de spécialité nord-américains et européens) sont maintenant nombreux à jouer un rôle essentiel comme membre de l’équipe soignante de plusieurs centres de soins spécialisés.

Qu’il soit spécialiste ou généraliste, sachez que chaque médecin vétérinaire possède toute la formation nécessaire pour répondre à vos questions et vous orienter vers le meilleur test d’imagerie pour votre animal.

Cette Journée internationale de l’imagerie vétérinaire célèbre donc les immenses possibilités médicales, scientifiques et même artistiques de l’imagerie vétérinaire !

— 30 —

Source : Association des médecins vétérinaires en pratique des petits animaux.

RadioQuiz 40 – Une pseudométastase confirmée avec du baryum

Pour relire l’article original, cliquez ICI.

La latérale gauche montrait une opacité plus ou moins ovale superposée aux poumons (cercle jaune), laissant présager un nodule métastatique chez cette chienne chez qui des masses mammaires avaient été identifiées. Mais comme les tétines mammaires étaient proéminentes chez cette chienne, il était justifiée de se demander si cette opacité n’était pas le fruit d’une simple superposition… D’autant plus que cette projection était légèrement oblique comme en témoignaient le décalage des côtes (flèches blanches). L’ajout d’une petite quantité de baryum liquide sur toutes les tétines mammaires et petits nodules cutanés a permis de confirmer qu’il s’agissait bien d’une superposition (les tétines sont plus ventrales sur la seconde latérale gauche qui ont été mieux positionnée). Ce petit truc peut s’avérer fort utile si vous n’avez pas accès à la fluoroscopie ou à la tomodensitométrie pour confirmer la localisation de lésions suspectes. Il est aussi beaucoup moins coûteux ! Si vous n’avez pas de baryum, coller une agrafe de brocheuse avec un ruban adhésif et reprenez vos radiographies !

 

RadioQuiz 40 – Sweetie a des métastases ?

Signalement: Caniche standard, femelle intacte de 9 ans.

Présentation clinique: Masses mammaires récemment identifiées. Recherche de métastases pulmonaires.

 

Pour lire la réponse, cliquez ICI.

Animages au cinéma, 3e partie !

Ce nouvel événement éducationnel sera sur le thème des os longs, des articulations et des vertèbres, sans évidemment oublier une autre de nos grandes passions: le cinéma ! Le Lion d’Or à Montréal sera plus intime, question de rendre l’expérience encore plus chaleureuse et favoriser les échanges d’idées. Les places seront limitées à 150 inscriptions. Faites vite pour réserver votre place et profiter du rabais lève-tôt !

Pour tous les détails et pour s’inscrire, cliquez sur l’onglet PROCHAINES FORMATIONS.

RadioQuiz 39 – Mégaoesophage avec pneumonie par aspiration, non ?

Pour relire l’article initial, cliquez ICI.

Au moment d’écrire ces lignes, sur 72 répondants au sondage de la page du cas, vous avez été 51% à avoir posé un diagnostic de « mégaoesophage et pneumonie par aspiration« , devant une bronchopneumonie infectieuse (20%), infiltration tumorale (8%) et hémorragie pulmonaire (4%). À la 2e question, vous avez été 47% à recommander un traitement antibiotique et reprise des radiographies dans 7-10 jours, 20% un oesophagogramme, 17% un lavage broncho-alvéolaire pour cytologie et culture et 7% une ponction échoguidée, alors qu’une reprise des radiographies au réveil du chien a été recommandée à 6%.

En examinant les radiographies, on constate d’abord la présence d’un tube endotrachéal qui signale une anesthésie générale. L’oesophage (flèche blanche) est modérément dilaté. Les bronches (B) sont dilatées, surtout ventralement, et associées à un pathologie alvéolaire hétérogène en portion ventrale  du lobe crânial gauche(flèches jaunes). Ce lobe parait aussi moins volumineux sur la ventrodorsale alors que la silhouette cardiaque est déviée de ce côté. Toutefois, l’obliquité de la projection entraîne un décalage du sternum et de la colonne vertébrale thoracique (pointillés), ce qui pourrait expliquer, du moins partiellement, ce « shift médiastinal« . Ces signes radiographies auraient pu corréler avec un bronchopneumonie par aspiration secondaire à des vomissements ou régurgitations (pouvant avoir été induites par une dysfonction de la motilité oesophagienne).

Comme une anesthésie générale et un décubitus latéral prolongé peuvent affecter la ventilation pulmonaire, le mieux était de répéter les radiographies une fois le chien bien réveillé. C’est ce que le vétérinaire a fait, pour constater que la perte de volume et l’opacification du lobe crânial gauche avaient complètement disparu !

La morale de cette histoire ?  Une évaluation optimale des poumons demande que ceux-ci soient bien ventilés au moment de prendre les radiographies. L’anesthésie générale peut rapidement provoquer une atélectasie pouvant faire apparaître des lésions qui n’en sont pas, ou en masquer des réelles (ex. recherche de métastases). Un décubitus latéral de quelques minutes sous anesthésie générale peut avoir un impact diagnostic majeur en provoquant comme dans le cas présent de larges plages de patron alvéolaire. Une anesthésie entraîne aussi fréquemment une dilatation de l’oesophage qui peut être confondue pour un méga-esophage. En ce qui concerne les bronches dilatées de ce patient, un suivi radiographique en latéral sera nécessaire pour confirmer ou infirmer une bronchiectasie chez ce chien. Finalement, le positionnement radiographique peut exagérer un shift médiastinal, comme lorsque le thorax est rotationné lors de la prise des clichés.