Le coin de l’étudiant – la vérité sur Chucky

Pour revoir l’article initial, cliquez ICI.

L’exploration chirurgicale a confirmé une hernie diaphragmatique dans l’hémithorax gauche, dont l’origine congénitale ou traumatique n’a pu être précisée. Même si un traumatisme n’est pas relevé dans l’anamnèse, cette cause demeure plausible. En effet, les traumas sont la cause principale (85%) des hernies diaphragmatiques, même si ceux-ci ne sont connus par les propriétaires que dans 50 % des cas1. Les hernies congénitales représentent quant à elles 15 % des hernies diaphragmatiques.  La fissure chez ce patient se trouvait en portion dorsolatérale de l’hémidiaphragme gauche. La rate, l’omentum, le rein gauche, le bras gauche du pancréas, une portion du colon, le jéjunum, l’iléon, le caecum et une portion du duodénum ascendant étaient herniés dans le thorax. La rate était adhérée au médiastin et à la paroi thoracique, signifiant une certaine chronicité. Des points de rétention ont été mis en place sur le diaphragme et les adhérences ont été réduites. (Sur les images ci-bas: C=côlon, R=rate, SC= silhouette cardiaque, E=estomac, *=lumière de segment de petit intestin. La flèche pointe vers la bronche tronquée du lobe cranial gauche atélectasié.)

Quelques infos utiles sur les hernies diaphragmatiques

Le diaphragme est composé d’une portion centrale tendineuse et d’une portion périphérique musculaire. Il s’attache grâce à deux piliers à la paroi thoracique ainsi qu’à certaines vertèbres lombaires (L3 et L4). Le diaphragme permet le passage de certaines structures grâce aux hiatus aortique (aorte, veine azygos, canal thoracique) et oesophagien (œsophage, nerf vague), et au foramen caudal (veine cave caudale).

Lors d’hernie diaphragmatique traumatique, ce sont les portions périphériques musculaires qui cèdent sous la pression. Cela permet le passage de structures abdominales dans le thorax. Les organes les plus souven herniés sont (en ordre de fréquence) : le foie, le petit intestin, l’estomac, la rate et l’omentum.1

Elle peuvent engendrer plusieurs signes cliniques (dyspnée, douleur, vomissements, régurgitations), mais peuvent aussi demeurer relativement silencieuse en fonction de l’ampleur de la brèche et du type et du volume des structures herniées.

Les signes radiographiques peuvent inclure la présence de viscères dans le thorax, la perte des contours bien définis du diaphragme, un épanchement pleural, le déplacement de la silhouette cardiaque et des poumons (le plus souvent crânialement). Dans un cas où les radiographies ne permettraient pas de poser le diagnostic, du baryum peut être administré oralement (ou par le rectum) pour de localiser l’estomac, le petit intestin et/ou le côlon.

Les autres types d’hernies inclus les hernies hiatale (glissante ou statique) et péritonéo-péricardique (défaut de séparation entre le péricarde et le diaphragme, permettant une communication entre l’abdomen et le sac péricardique).

 

  1. E.K. Randall et R.D. Park, Chapter 29 – Diaphragm, dans Textbook of Veterinary Diagnostic Radiology, Donald Thrall Ed., 6e edition, p 535-549.

Préparé par: Virginie Perreault, étudiante 5e, promo 2015 FMV

Cette entrée a été publiée par Marc-Andre.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :