Chronique de l’apprenti [3] – Voilà pourquoi Félix vomit !

Pour relire l’article original, cliquez ICI.

Interprétation radiographique:

Tout d’abord, on note une accentuation du contraste abdominal en raison de la quantité importante de gras péritonéal et rétropéritonéal chez ce chat obèse. Le foie, les reins, la rate et la vessie sont normaux. On note la présence d’une structure linéaire d’opacité tissu mou aux contours légèrement irréguliers du côté gauche de la cavité péritonéale, entre l’estomac, la rate et le rein gauche (voir figure). Cette structure représente le bras gauche du pancréas (P), qui est d’apparence normale et qui peut être visible à l’occasion chez certains chats obèses.1

L’estomac contient une légère quantité de gaz et de liquide dans son fundus sans être anormalement distendu. Sur la projection ventrodorsale, une structure mal définie d’opacité tissu mou/liquidienne est visible dans l’antre pylorique près de la jonction gastroduodénale. Cette structure pourrait représenter une accumulation focale de liquide mais pourrait également représenter du matériel étranger. Le duodénum (D) proximal est légèrement distendu de gaz et sa paroi est plissée. Les autres segments de petit intestin ne sont pas anormalement dilatés, mais les replis semblent accentués et les anses digestives sont regroupées en portion moyenne et ventrale de la cavité abdominale. Elles contiennent du liquide parmi lequel on note la présence occasionnelle de gaz en forme de virgule, trouvaille caractéristique lors de corps étranger linéaire.1,2 La portion ascendante et transverse du colon est légèrement distendue de gaz, pouvant être confondu avec du petit intestin. La portion descendante du colon contient des selles formées un peu plus opaques que la normale, indiquant un certain degré de déshydratation des selles, sans toutefois être anormalement distendu. Au final, plusieurs changements radiographiques suggèrent fortement la présence d’un corps étranger linéaire dont le point d’ancrage pourrait être dans l’antre pylorique.

 

Quelle devrait donc être la prochaine étape diagnostique afin de confirmer la suspicion radiographique de corps étranger linéaire ? Lorsque disponible, l’échographie abdominale est le test diagnostique de choix pour la détection et la caractérisation des corps étrangers linéaires. Ce test est rapide, peu invasif et permet de localiser le corps étranger, de déterminer la portion du tractus gastro-intestinal affecté et  d’évaluer l’intégrité des parois digestives.3 La série barytée gastro-intestinale haute, qui consiste en l’administration oral d’un milieu de contraste tel que le baryum suivi de la prise de radiographies à des intervalles régulières, peut être considérée dans les cas où l’échographie n’est pas disponible. Quelques désavantages sont inhérents à cette technique. Par exemple, en cas de perforation digestive, la fuite de baryum dans la cavité abdominale peut être très irritante et mener à la formation de granulomes ou d’adhérences.3 De plus, cet examen peut être long à effectuer et nécessite un protocole rigoureux (dose et temps) pour être fiable.3 Ces désavantages peuvent mener à un délai dans l’initiation d’une intervention chirurgicale et peuvent occasionner des complications additionnelles.3 Néanmoins, cet examen peut être très utile pour mettre en évidence la plication caractéristique du corps étranger linéaire lorsque l’échographie abdominale n’est pas disponible.

Dans le cas présent, l’échographie abdominale a été effectuée mettant en évidence un long corps étranger linéaire avec point d’ancrage dans l’antre pylorique. Le duodénum était irrégulier et légèrement distendu de liquide. Une structure hyperéchogène linéaire associée à un ombrage acoustique était visible dans la lumière du duodénum et du jéjunum, entraînant la plication statique d’une grande partie du jéjunum autour de celle-ci. Aucun signe de perforation intestinale n’a été noté. Une laparotomie exploratrice a été effectuée par la suite et un long ruban a été retiré du tractus gastro-intestinal.

écho annotée

 

  1. Thrall DE. Textbook of veterinary diagnostic radiology, Sixth edition. ed. St. Louis, Missouri: Elsevier; 2013;xii, 864 pages.
  2. Root CR, Lord PF. Linear Radiolucent Gastrointestinal Foreign Bodies in Cats and Dogs: Their Radiographic Appearance. Veterinary Radiology & Ultrasound 1971;XII.
  3. Gonzalez LM, Biller DS, Armbrust LJ. Diagnostic imaging for linear foreign bodies in cats. Veterinary Medicine 2007:518-526.

Auteure: Dre Mylène Auger – Interne en imagerie médicale au Centre Vétérinaire Laval

Cette entrée a été publiée par Marc-Andre.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :